Les recettes ratées (avec ou sans gluten)

L’histoire du brownie sans gluten, sans produit laitier…et sans œuf.

Combien de fois par mois, par semaine nous arrive-t-il de rater une recette ? Allez, on lève le doigt ! 2, 3, 4 fois ? Il n’y a pas de quoi rougir de rater. Rater n’est pas débouler les marches rouges du festival de Cannes devant tous les médias et la foule en délire. Rater, c’est partir d’une idée, c’est oser des ratios improbables, c’est laisser sa personnalité investir la composition d’une recette établie par un(e) autre pour garder son identité culinaire.

Les grands pâtissiers ratent, ils sont comme vous et moi. Mais le raté ne s’affiche pas. Le raté est le canard boiteux qui ne vaut rien. Le sentiment de ratage est très puissant et il est courant de s’identifier à la recette ratée : « je suis raté(e) ». Il n’y a qu’à suivre l’émission Top Chef pour entendre les injures dirigées contre soi-même lors du ratage «  quel c.., je suis nul(le), abruti (e), ça ressemble à rien… »

Et si nous assumions un peu nos ratés avec ou sans gluten ! N’oublions pas que des grands classiques sont issus de beaux ratages. Rater est un art, enfin, c’est plutôt la façon de rattraper le ratage qui l’est. Il faut d’abord comprendre pourquoi il y a ratage. En effet, rater une recette ne fait pas rentrer en compte nos actes reflexes comme se rattraper à la rampe lorsque l’on rate une marche.

Il faut d’abord définir le niveau de ratage : rattrapable, irrattrapable, recyclable. Voici un exemple avec cette tarte sans gluten et sans produit laitier ratée, dont la recette est bien gradée tant le rattrapage est divin ! (me pardonnerez-vous ?). Le résultat faisait office de carton-pâte en bouche ou de leste performant pour une randonnée dans les fonds marins. Le premier réflexe acquis (différent d’inné) fut de faire tremper les tartes dans du lait végétal chaud et de les regarder se décomposer pendant 30min le menton flétri entre les 10 doigts.

A l’aide d’un mixer plongeant, j’ai réduit la bouillasse en bouillie homogène pour ajouter l’ingrédient magique : l’œuf ! 3 exactement, …il n’en fallait pas moins pour rattraper ce sublime ratage. Après un passage au four de 45min, le résultat fut très surprenant ( image du milieu ) et je jubilais à l’idée de chercher la recette qui pourrait m’amener à ce rattrapage. Je suis alors repartie sur les ingrédients de base de la tarte en les travaillant autrement pour donner ces brownies SANS ŒUF ! J’étais moi-même surprise d’arriver à ce résultat.

Alors oui, assumons nos ratages, et n’oublions pas que l’objet ne fait pas l’Homme . L’Homme  crée l’objet grâce à son rapport à la matière….médiation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.